Kkangpae : les secrets de la mafia coréenne révélés

photo

par Simon Langelier

Vous êtes-vous déjà demandé ce que c’était que de marcher dans les rues de Corée du Sud, entouré de l’ombre des kkangpae ?

Ces gangs de rue coréens, connus pour leur histoire mouvementée et leurs activités notoires, ont laissé une marque indélébile sur le paysage social du pays.

De leurs origines politiques dans les années 1950 à leur importance dans la culture populaire d’aujourd’hui, nous allons explorer le monde fascinant des kkangpae et leur influence sur la société coréenne.

Préparez-vous à plonger dans un monde où le danger et l’intrigue vous guettent à chaque coin de rue.

HISTOIRE DES Kkangpae

Il faut savoir que l’histoire des gangs de rue coréens remonte au XIXe siècle. À cette époque, la péninsule coréenne connaît d’importants changements en raison de l’influence des puissances coloniales européennes et du développement du commerce. Ces facteurs ont joué un rôle crucial dans l’apparition des gangs de rue coréens.

À mesure que les puissances coloniales européennes investissaient en Corée, le pays devenait plus connecté au marché mondial. Cela a entraîné une augmentation des échanges et une croissance du commerce, ce qui a créé de nouvelles opportunités de richesse et de pouvoir. Cependant, ces opportunités s’accompagnent d’une concurrence accrue et de tensions sociales.

Les riches marchands, déjà influents dans la société, ont commencé à former des gangs de rue préexistants pour protéger leurs intérêts et garder le contrôle. Ces gangs opéraient dans différentes régions et possédaient leurs propres caractéristiques et structures. Ils se livraient souvent à des activités criminelles telles que l’extorsion, la contrebande et le jeu.

Le XIXe siècle a marqué le début de l’histoire de la mafia coréenne, avec l’apparition de gangs de rue sous la dynastie Joseon. Ces gangs ont joué un rôle important dans le façonnement du paysage criminel coréen, jetant les bases des futures organisations criminelles qui allaient émerger à l’époque moderne.

la mafia coréenne sous L’ère coloniale japonais

Pendant l’ère coloniale, de 1910 à 1945, vous découvrirez les origines et l’émergence de la mafia coréenne.

L’un des personnages clés de cette période est Kim Du-han, qui a pris de l’importance au sein de la mafia coréenne.

 Kim Du-han
Photo de Kim Du-han

Fils d’un célèbre combattant de l’indépendance coréenne, Kim Chwa-chin, Kim Du-han a eu une éducation difficile, perdant ses deux parents à un jeune âge.

Il s’est retrouvé impliqué dans un gang local appelé Jumok et a rapidement gravi les échelons. Kim s’est fait connaître pour ses talents de combattant et sa résistance aux yakuzas japonais.

L’influence des yakuzas japonais dans la Corée coloniale ne peut être ignorée. La branche coloniale du yakuza impérial japonais était contrôlée par Hayashi, un Coréen de souche qui avait fait défection aux Japonais.

Hayashi dans les années 1930
Hayashi dans les années 1930

Cette situation a créé une dynamique de pouvoir entre les bandes coréennes et les yakuzas, ce qui a entraîné des rivalités et des conflits.

La mafia coréenne, en plus de l’influence des yakuzas, a également joué un rôle important dans la résistance contre la domination japonaise par le biais du mouvement Kkangpae.

Kim Du-han, avec d’autres chefs de la mafia, a unifié les mafias coréennes sous son commandement et a combattu les yakuzas. Ce mouvement est devenu le symbole de la résistance du peuple coréen à l’oppression japonaise.

La corruption politique

La corruption politique a joué un rôle important au cours de cette période, car les fonctionnaires étaient souvent impliqués dans des activités criminelles et avaient des liens avec la mafia.

Ces fonctionnaires protégeaient et soutenaient les gangs en échange d’argent et de faveurs politiques. Toutefois, à mesure que la répression gouvernementale s’intensifiait, les activités de la mafia coréenne ont commencé à décliner. Le régime a considéré les gangs comme une menace pour l’ordre social et la stabilité, et ils ont été perçus comme des éléments problématiques qu’il fallait éliminer.

Cela a conduit à l’arrestation et à l’exécution de chefs de gangs importants, tels que Lee Jung-jae, sous le régime militaire de Park Chung-hee.

 Park Chung-hee
Park Chung-hee

Les efforts du gouvernement pour éradiquer l’influence des gangs politiques ont eu un impact durable sur le paysage de la mafia coréenne, façonnant son évolution dans les années à venir.

SOUS LE Régime militaire

Le régime militaire, qui a duré de 1961 à 1987, a eu un impact significatif sur la société et sur la montée de la violence des gangs.

Sous le régime militaire, le gouvernement a réprimé la dissidence politique et imposé un contrôle strict sur la population. Cette situation a engendré un sentiment de frustration et de désillusion au sein de la population, créant ainsi un terrain fertile pour l’émergence des gangs.

Les possibilités d’expression politique étant limitées, certains individus se sont tournés vers l’appartenance à un gang comme moyen de rébellion et d’émancipation. Le régime militaire a également favorisé un environnement de corruption gouvernementale, les fonctionnaires fermant les yeux sur les activités des gangs en échange d’un gain personnel.

Cela a perpétué la montée de la violence des gangs au cours de cette période.

La mafia coréenne de nos jours

Passons maintenant aux années 1990 à nos jours et voyons comment la mafia coréenne, Kkangpae, a évolué au fil des ans. L’essor du crime organisé en Corée du Sud a eu une influence considérable sur la société, ce qui a incité le gouvernement à lutter contre la mafia coréenne.

Au début des années 1990, la répression des bandes organisées par le biais de l’article 114 du droit pénal coréen a joué un rôle crucial dans la résolution du problème. Cette loi a non seulement rendu les bandes organisées illégales, mais a également permis de poursuivre les individus qui rejoignaient ou formaient ces groupes.

De nombreux membres de gangs se sont cachés ou ont fui, ce qui a donné lieu à de nombreuses arrestations. Même après avoir purgé leur peine, certains sont restés sous surveillance, surtout s’ils étaient considérés comme des criminels de carrière.

Malgré ces efforts, la mondialisation rapide de la Corée du Sud a empêché les forces de l’ordre d’éradiquer complètement le crime organisé. Les membres des gangs ont été impliqués dans diverses activités criminelles telles que le trafic sexuel, la contrebande de drogue, les cambriolages, les enlèvements contre rançon et l’extorsion. L’influence de la mafia coréenne se fait également sentir dans le secteur des affaires, où les gangsters sont embauchés comme agents d’exécution et comme hommes de main.

Le gouvernement a reconnu la gravité du problème et a mis en œuvre des stratégies pour lutter contre le crime organisé. En 2011, une campagne de répression a été lancée contre les gangs et leurs affiliés, ce qui a permis d’appréhender de nombreux individus au cours de la première semaine de la “guerre contre le crime organisé”.

Toutefois, la récession économique a entraîné une augmentation du nombre de membres de gangs, soulignant la nécessité de poursuivre les efforts pour résoudre ce problème.

L’influence de la mafia coréenne sur la société sud-coréenne ne peut être sous-estimée. Ses activités ont eu un impact négatif sur la sécurité publique et ont contribué à une perception négative des tatouages, qui sont souvent associés aux membres de gangs. Les efforts continus du gouvernement pour lutter contre la mafia coréenne démontrent son engagement à maintenir l’ordre public et à assurer la sécurité de ses citoyens.

Les principaux gangs sud-coréens

L’activité des gangs sud-coréens est une préoccupation majeure, car ces organisations criminelles utilisent diverses tactiques et opérations pour exercer un contrôle sur des zones et des entreprises spécifiques.

Voici quatre gangs sud-coréens importants :

  1. Le gang Beomseobangpa : Fondé dans les années 1990 par Kim Tae-chon, ce gang est connu pour sa forte influence en Corée du Sud. Kim Tae-chon est reconnu comme l’un des criminels les plus puissants du pays.
  2. Famille Yangeuni : Fondé dans les années 1970 par Cho Yang-eun, ce gang est dirigé par un redoutable patron du crime. Cho Yang-eun a acquis une notoriété internationale lorsqu’il a été arrêté par le gouvernement philippin en 2013.
  3. Chilsung-pa (Seven Star Mob) : Considéré comme l’un des plus grands syndicats du crime en Corée du Sud, ce gang exerce une influence particulière à Busan. Il tire principalement profit de l’extorsion et du chantage.
Kim Tae-chon fondateur du gang Beomseobangpa
Kim Tae-chon fondateur du gang Beomseobangpa

Ces gangs sud-coréens ont un impact significatif sur les entreprises locales, car ils exigent des paiements mensuels de la part des entreprises en échange de ne pas causer de dommages. Leurs activités criminelles constituent une menace sérieuse pour la stabilité et la sécurité des communautés en Corée du Sud.

Dans la culture populaire

La culture des gangs coréens est souvent représentée dans diverses formes de culture populaire, notamment dans les films, les émissions de télévision et même les jeux vidéo.

La représentation de gangsters coréens dans les films est un aspect important du cinéma sud-coréen depuis les années 1970. Ces films, tels que “Friend” (2001), “A Bittersweet Life” (2005) et “New World” (2013), ont contribué à populariser l’image d’un gangster identifiable et “honorable”. Ils mettent souvent en avant des traits tels que la loyauté, la décence et la moralité sur fond de violence et de corruption.

Affiche du film "A Bittersweet Life"
Affiche du film “A Bittersweet Life”

L’influence de ces films et émissions de télévision centrés sur les gangs sur les jeunes ne peut être ignorée. L’augmentation des gangs de cour d’école appelés “iljinhoe” a été liée à l’exposition accrue au contenu des kkangpae. Les adolescents et les jeunes spectateurs peuvent admirer les personnages de kkangpae pour leur force et leur intelligence en dehors des limites de la salle de classe. Cette admiration peut se manifester sous forme d’intimidation et d’abus chez ces personnes impressionnables.

Au niveau international, la culture des gangs coréens a attiré l’attention grâce à sa représentation dans les médias populaires.

Le film franco-américain “Lucy” de 2014 met en scène des personnages kkangpae. En outre, la culture des gangs coréens est largement représentée dans des séries télévisées telles que “The Shield”, “Power” et “S.W.A.T.”. Ces représentations dans les médias ont façonné la perception internationale de la culture des gangs coréens, consolidant son image à la fois fascinante et dangereuse.

Conclusion

Voilà donc un bref aperçu du monde des kkangpae, les gangs de rue coréens.

Depuis leurs origines dans les mouvements politiques jusqu’à leur montée en puissance sous le régime militaire, ces gangs ont laissé un impact durable sur la société sud-coréenne.

Si les autorités se sont efforcées de réprimer leurs activités, la présence des kkangpae reste encore dans l’ombre.

Qu’ils soient glorifiés ou vilipendés, une chose est sûre : l’influence de ces gangs ne peut être ignorée.

articles qui pourraient vous intéresser

sanctuaire de Jongmyo

Le Sanctuaire de Jongmyo à Séoul : Un Lieu de Paix et de Mémoire

Comme le dit le proverbe, “un voyage de mille lieues commence par un seul pas”, et votre entrée dans le sanctuaire de Jongmyo vous ...

hotteok

La recette du Hotteok

Êtes-vous prêt à vivre l’expérience la plus appétissante de votre vie ? Préparez-vous à savourer l’irrésistible hotteok, une sensation de la cuisine de rue ...

plats coréens classiques

23 plats coréens classiques pour épicer votre expérience culinaire

Êtes-vous prêt à embarquer dans une aventure qui éveillera tous vos sens ? Attendez-vous à stimuler vos papilles avec l’univers riche et délicieux de ...

10 K-Dramas basés sur des événements et des histoire réels

10 K-Dramas basés sur des événements et des histoire réels

Êtes-vous prêt à vous immerger dans le monde fascinant des K-dramas inspirés de faits et d’événements historiques ? De la résistance héroïque face à ...